Le 14 janvier dernier, dans le cadre de « Collège au cinéma », les trois classes de troisième sont allées au cinéma Le Rialto à Morlaix voir le 2e film du dispositif « Swagger ». Ce film documentaire, étudié en lien avec le programme de français, « Se raconter, se représenter », a fait l’objet d’un Parcours d’Éducation Artistique et Culturelle qui pourra être présenté à l’oral du DNB. On peut en effet s’interroger sur ce long-métrage : en quoi Swagger est-il un film documentaire et la mise en scène est-elle compatible justement avec ce genre de film ?

Ce long-métrage a surpris beaucoup d’ élèves qui n’ont pas l’habitude de voir ce genre de film. La part importante laissée à la parole intacte et non coupée au montage des jeunes a déstabilisé nombre d’entre eux. Le rythme en est effectivement plus lent. D’autre part, il est certain que le mélange des genres, film d’entretien, comédie musicale et science-fiction peut déstabiliser le spectateur. Néanmoins, la proximité d’âge avec les comédiens non professionnels et leur humour a intéressé la plupart des 3es. Enfin, des thèmes abordés comme le racisme ou la discrimination ont fait mouche auprès d’eux.

Prochain rendez-vous de collège au cinéma : le lundi 30 mars 2020, dans l’après-midi.

Synopsis : Teen-movie documentaire, Swagger nous transporte dans la tête de onze enfants et adolescents aux personnalités surprenantes, qui grandissent au cœur des cités les plus défavorisées de France. Le film nous montre le monde à travers leurs regards singuliers et inattendus, leurs réflexions drôles et percutantes. Adoptant un cinéma libre et affirmé, Swagger déploie une mosaïque de rencontres en mélangeant les genres, jusqu’à la comédie musicale et la science-fiction. Il donne vie aux propos et rêves de ces ados avec humour et poésie car, malgré les difficultés de leurs vies, les enfants d’Aulnay et de Sevran ont des rêves et de l’ambition. Et ça, personne ne leur enlèvera.

Réalisateur : Oliver Babinet Date de sortie : 2016 2 nominations dont 1 au César dans la catégorie film documentaire et 1 au festival de Cannes (sélection Acid) dans la catégorie long-métrage.